Exposition "Tes yeux dans mes oreilles"

La surdité est un handicap de communication qui touche 6 millions de personnes. Parmi elles, un grand nombre pourrait s’appareiller pour compenser la perte auditive, au moyen de prothèses ou d’implants, mais s’y refuse car l’appareillage vient révéler la surdité, handicap autrement invisible. 

Pour ces femmes et ces hommes de tout âge, la surdité s’accompagne donc d’un autre handicap : la honte, résultat d’une construction sociale. 

Le sourd répond à côté, il fait rire : c’est le professeur Tournesol de Tintin. 

Il est parfois aussi perçu comme celui qui ne comprend pas : quand les médias avaient révélé l’appareillage du président Jacques Chirac, son porte-parole de l’époque s’était senti obligé de préciser que « le président était en pleine possession de ses moyens intellectuels ». Le sourd est donc ridicule, intellectuellement limité : c’est une image un peu lourde à porter…

C’est pourquoi Droit Pluriel, avec la Fondation pour l’Audition, propose l’exposition « Tes yeux sur mes oreilles », parcours sensoriel composé de 8 portraits monumentaux recto-verso réalisés par Stéphane Lavoué, prestigieux photographe lauréat du prix Niépce en 2018. Le quotidien des sourds se découvre en déambulant parmi les portraits, visite agrémentée d’une bande son qui recueille le témoignage des personnes concernées de la cour de récréation à la vie en entreprise.

L’Exposition « Tes yeux sur Mes Oreilles » veut montrer la banalité de la surdité et révéler sa diversité pour que les personnes appareillées n’aient plus honte de leur handicap.

Le vernissage organisé par la Fondation pour l’Audition a eu lieu le 15 novembre 2018. Depuis, l’exposition voyage d’entreprises en municipalités, de colloques en évènements de sensibilisation... En 2019, elle a déjà été exposée à : l’Agence Française de Développement, la société L’Oréal, l’Université de Mulhouse ou le Conseil National des Barreaux…

Retrouvez les détails techniques ici.

Documentaire "Parents à part entière"

Comment être parent quand on est aveugle ?

Peut-on protéger son enfant ? Rester l’adulte qui rassure ?

Parallèlement, une autre question apparait : la justice confie-t-elle facilement la garde des enfants aux parents qui ne voient pas ? Le juge peut-il faire confiance au papa ou à la maman aveugle ?

 

Pour trouver la réponse à ces questions, Anne-Sarah Kertudo non voyante  et maman de deux enfants, a réalisé le documentaire Parents à Part Entière, diffusé sur France 5 en novembre 2017.

Voir le documentaire

La tournée nationale, c’est maintenant ! En juin 2019, Parents à Part Entière a débuté sa tournée des villes de France. En partenariat avec le Conseil National des Barreaux et avec le soutien de l’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV), le documentaire sera projeté au sein des Ordres d’Avocats de France ainsi qu’à l’Ecole Nationale de la Magistrature de Bordeaux. Ces projections seront suivies d’un moment d’échange réunissant des professionnels du droit, personnes en situation de handicap, élus, artistes, grand public… La soirée se clôturera par un cocktail convivial.

L’objectif : déconstruire les préjugés, permettre aux parents en situation de handicap d’être à égalité face à une justice qui connaitra leur quotidien.

12 villes recevront cette tournée : Paris, Lyon, Nantes, Nanterre, Caen, Lille, Marseille Toulouse, Pau, Perpignan, Strasbourg et Bordeaux

Pour plus d’informations sur le déroulé de chaque évènement, retrouvez l’actualité de la tournée !

Changer la définition du handicap dans le dictionnaire

En mars 2018, Droit Pluriel, le Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées (CNCPH) et le Conseil National des Barreaux (CNB) ont interpellé les éditions Larousse et Le Robert afin de les alerter sur leur définition rétrograde du mot « handicap ».  En effet le handicap est défini comme :
- « un désavantage quelconque qui met en état d’infériorité » (Larousse Maxi Poche 2019)
- « une chose qui diminue les chances de s’épanouir ou de réussir » (Le Petit Robert Junior 2019), « un désavantage, une infériorité » (Le Petit Robert 2019).
Le handicap ne peut aujourd’hui être défini comme une situation d’infériorité ou d’échec. Les choses avancent : dans l’édition 2020 du dictionnaire Le Robert, la définition de « handicap » est en conformité avec sa description dans la loi sur l’égalité de 2005 !  Le Larousse n’a pour sa part pas donné suite à notre interpellation.
Droit Pluriel continue à travailler pour faire changer la définition du handicap, et faire évoluer les représentations !

Photo du Petit Robert 2020

Droit Pluriel et le CNCPH (Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées).

Depuis le 11 mai 2017, Droit Pluriel est membre du Conseil National Consultatif des Personnes Handicapées au titre des associations ou organismes œuvrant dans le domaine du handicap.

Le CNCPH a été créé par la loi du 30 juin 1975 d’orientation en faveur des personnes handicapées et les dispositions applicables à cette instance sont codifiées aux articles L. 146-1 et D. 146-1 à D. 146-9 du code de l’action sociale et des familles (CASF).

Il s’agit d’une instance à caractère consultatif chargée d’assurer la participation des personnes handicapées à l’élaboration et à la mise en œuvre des politiques les concernant. (source )

 

Retrouvez le décret de nomination de Droit Pluriel ici  et la liste des membres actuels ici

Nos soutiens pour cette mission:

Partagez